Comment est fabriqué un fauteuil crapaud?

Aujourd’hui, j’attire votre attention pour vous donner le secret de fabrication de l’un des fauteuils les plus confortables et luxueux qui existent : le fauteuil crapaud. Si vous êtes menuisier, ébéniste, décorateur ou simple curieux, vous serez ravi d’avoir percé le mystère de ce siège qui a traversé deux longs siècles pour nous parvenir encore plus royal.

À la découverte du fauteuil crapaud

Faisons un petit cours de culture générale pour découvrir le fauteuil crapaud. Apparu au XIXe siècle sous le style Louis-Philippe, le crapaud est un fauteuil raffiné et élégant qui était vivement apprécié de la bourgeoisie française. Avec une carcasse tout enveloppée par une garniture capitonnée, ornée de passementeries, garni d’étoffe, de tapisserie, de velours, de cuir ou de tissu, le fauteuil crapaud rentre dans la catégorie des fauteuils de luxe. Son prestige n’a point d’égal. En cuir ou simili, il est reconnaissable par sa forme basse ronde. Peu profond, discret et prenant peu de place, il sert aussi d’objet de décoration dans le vestibule.

Fabrication du fauteuil crapaud

Entrons maintenant dans la partie la plus intéressante.  Voulez-vous réaliser un crapaud ? Si oui, prenez note !

       1- Découper le tissu : la première étape consiste à sélectionner le revêtement et à le découper au gabarit du fauteuil à fabriquer.

       2- Coudre la housse : cette étape requiert de la dextérité et du savoir-faire de la part du couturier.

       3- Faire la carcasse c’est-à-dire l’ossature du fauteuil en respectant les bonnes mesures.

       4- Faire le guindage : cette opération a pour but, à l’aide de la corde à guinder, de réduire la hauteur des ressorts tout en les maintenant pour avoir la position désirée.

       5- Faire le sanglage c’est-à-dire mettre les bandes de toile de jute très fortes et serrées clouées sur la ceinture du siège en les entrelaçant.

          6- Mettre une toile très forte.

          7- Mettre un crin végétal.

          8- Couvrir le crin d’une toile embourrure.

          9- Faire les points de fond, l’appointage et le rabattage.

          10- Faire ensuite le piquage bourrelet, le piquage avant et ajouter le lacet de crin animal.

          11- Faire ensuite le piquage du crin animal, la mise en blanc et la pose de jonc.

          12- Construire le dossier en y mettant une toile forte, le corset et le whooper.

          13- Mettre sur le dossier un crin végétal accompagné d’un piquage.

          16- Ajouter maintenant un crin animal, poser la crosse et faire l’assemblage de toile blanche.

          17- Créer une bosse du fauteuil crapaud en son fond et y ajouter la housse.

          18- Tester le confort et la solidité du fauteuil crapaud de même que son esthétique.

Eh bien, c’est fini ! Voilà tout ce qu’il faut faire pour fabriquer un crapaud. Choisissez les matières et les coloris qui vous disent. C’est vous le créateur ou la créatrice, vous avez tous les droits. En allant sur le site   https://fauteuil-crapaud.info/ , vous trouverez les infos nécessaires sur les fauteuils Savea, leurs prix, les mécanismes de livraison, etc.

La nouvelle mode de l’espadrille

Vous les avez sûrement déjà vues aux pieds de nombreuses personnes surtout jeunes. Ce sont des chaussures très légères fabriquées avec de la toile et ayant des semelles en spart tressé ou en cordes issues de chanvre. Elles sont appelées « espadrilles » et à franchement parler, elles ont la cote ces derniers temps. Il y a cette question qui vous vient à l’esprit : comment des chaussures aussi simples ont pu conquérir les cœurs d’autant de personnes ? On vous l’explique dans cet article.

Quelle est l’origine des espadrilles ?

Il est difficile de dire avec précision la date à laquelle les espadrilles sont nées. Mais il faut remonter jusqu’au XIVe siècle pour retrouver les premières traces de chaussures qu’on pourrait nommer espadrilles. De nombreuses références écrites en catalan décrivent des chaussures appelées « espardenya » ou espadrilles en français. Ces descriptions correspondent aux espadrilles comme on les voit aujourd’hui. En ces temps, elles étaient utilisées par les soldats du roi Aragon.

Vous l’avez compris, les espadrilles viennent de la Catalogne et du Pays basque.

Et les espadrilles devinrent populaires…

Il faut dire que les espadrilles modernes ont réellement vu le jour au XVIIIe siècle. Elles étaient fabriquées par les cultivateurs de chanvre et de lin. Puis au XIXe siècle, une grande entreprise de fabrication d’espadrilles est créée à Mauléon par la famille Béguerie. Coup d’essai, coup de maître ! Succès total pour ces chaussures. Elles ont en effet été adoptées par les prêtres, les militaires et les mineurs. La chaussure qui était considérée comme une celle des paysans devient la chose la mieux demandée par tous. L’entreprise fut alors obligée de faire appel à des jeunes volontaires pour la suppléer dans la fabrication.

Cependant, les espadrilles vont connaître une période d’essoufflement entre 1910 et 1960. Cinquante années pendant lesquelles elles perdirent un peu de leur valeur. Heureusement, elles retrouvent des couleurs à partir de 1960. Et depuis, elles sont devenues de véritables chaussures de loisirs et d’été.

Espadrilles : toujours à la mode

Peu de chaussures ont ainsi duré dans le temps. Comme de nombreux vêtements, les chaussures font leur temps et s’éclipsent. Mais les espadrilles ont traversé des siècles. Pourquoi donc ? Qu’ont-elles de si particulier ?

Les espadrilles sont d’abord des chaussures simples et pas chères. Avec un petit budget, vous pouvez vous les offrir. De plus, elles sont disponibles partout, chez le vendeur de chaussures au coin de la rue, au marché de votre quartier, dans les boutiques en ligne, etc. Elles sont de couleurs diverses et de toutes les tailles. Aussi, elles sont conçues pour hommes, femmes, enfants et vieux. Les espadrilles sont par ailleurs cool et classe. Elles se portent sur des tenues décontractées comme élégantes.

On n’oublie pas le confort qu’une espadrille apporte à vos pieds. D’abord, elles s’enfilent très facilement. Elles sont comparées aux tongs mais contrairement aux ces derniers, elles gardent vos pieds. Vous pouvez vous promener dans les rues de votre quartier sans avoir à vous soucier. En été, c’est sans aucun doute les chaussures idéales.

 

L’origine des tapis berbere Azilal

Il existe plusieurs types de tapis mais un seul retient particulièrement notre attention dans cet article. Il est l’un des meilleurs tapis marocains au monde encore appelés tapis berbère. Ce tapis apporte une touche élégante et orientale à tous les décors. C’est un cocktail parfait d’authenticité et d’originalité. Allons à sa découverte.

Une région, une identité

Ce type de tapis doit son nom à la localité dans laquelle il a connu le jour. En effet Azilal est une région montagneuse du Maroc abritant plusieurs tribus berbères. Comme la tribu Abdi Ait Said pour ne citer que celle-là. Le tissage de ce tapis est assuré par les femmes de ces tribus et se transmet de génération en génération. Ces tapis sont riches en couleurs vives et sont très lumineux. À la base, ce type de paillasson servait de couvertures en hiver. Disposer d’un tapis chez soi au Maroc étant une tradition familiale. Les habitants de chaque concession s’y enroulaient afin d’obtenir de la chaleur. Et dans les montagnes de cette région depuis longtemps, les femmes usent de leur imagination et de leur savoir-faire pour mettre au point de fabuleux tapis. En effet, c’est un travail méticuleux qui se fait pour chaque tapis assurant ainsi une très bonne qualité. Le résultat est l’obtention de tapis uniques, rares et surtout originaux. Mais aussi derrière chaque carpette se cache une histoire.

Des couleurs et des motifs

Le fond de ce genre de tapis est généralement blanc ou crème, témoin de la pureté de la laine de mouton utilisée. Les formes autres que celles géométriques qui s’y retrouvent proviennent le plus souvent de l’inspiration de la tisseuse. Ainsi, elle seule pourra convenablement expliquer ses dessins. Chacun de ces tapis en effet raconte un évènement. Ce qui rehausse l’intérieur de chaque habitation et donne de l’éclat à la pièce dans laquelle se trouve le tapis. Les motifs couramment rencontrés sont des losanges qui se rejoignent par un de leur sommet par exemple. Il peut arriver aussi que des symboles de l’alphabet berbère se retrouvent sur le  tapis azilal . Les couleurs standards comme le bleu, le rouge et le jaune sont caractéristiques et propres à ce tapis. L’utilisation d’autres couleurs n’est toutefois pas exclu. Parfois les couleurs utilisées dépendent de la saison dans laquelle le tapis est tissé. Cet ensemble de couleurs crée un magnifique paysage agréable à la vue.

La qualité fait la différence

Les tapis originaux se distinguent aisément de ceux confectionnés de nos jours. Tout d’abord les couleurs utilisées par les femmes berbères proviennent le plus souvent de pigments naturels. Mais de plus en plus les couleurs sont ajoutées de manière artificielle. Les détails aussi ne sont pas aussi précis que ceux des braves femmes qui mettent toute leur ingéniosité dans la fabrication de ces étoffes. Certaines croyances laisseraient penser que le tapis Azilal est une combinaison parfaite entre deux autres types de tapis berbère. Mais en réalité il s’agirait plutôt d’une amélioration. Chaque tapis Azilal est un chef-d’œuvre qui s’invite dans vos chaumières. Ce tapis se marie extrêmement bien avec tous vos décors.